C’en est finit de 2015 ! Une année dans la continuité de la précédente durant laquelle deux nouveaux-nés auront vu le jour presque simultanément, ma fille d’un côté, et les Kyoto Safari de l’autre.

Lancement des Kyoto Safari

Premier trimestre 2015, je prenais en charge mes premiers clients pour ce qui n’était encore que des tests pour les Kyoto Safaris. Il était d’abord question d’avoir une vision plus précise du métier en étant aux commandes après avoir été observateur durant un Osaka Safari avec Angelo. Le service, je connais mais l’accompagnement et la pédagogie, c’est autre chose. J’ai rapidement pris confiance et comme les retours étaient bons, nous avions pu officialiser les Kyoto Safari à partir de l’été. C’est la version rapide, toute l’histoire est 🙂

Bref après cette première saison, le bilan est très positif et surtout très prometteur pour 2016. La satisfaction qui se lit sur le visage des safaristes en fin de journée est hyper motivante pour continuer à travailler et améliorer ce que je propose, et plus encore.

Paternité

2014 était l’année du mariage, 2015 était celle de la paternité ! Ma femme et moi avons eu une belle petite fille, ce qui amène évidemment son lot de changements ! Plus de responsabilités et moins de temps libre, il va falloir apprendre à jongler avec tout ça ! Ce n’est pas tous les jours évident, surtout avec la différence culturelle !

Ce qui est amusant, c’est que je n’ai jamais été intéressé par les bébés auparavant, ni eu l’hypocrisie de faire semblant avec ceux des autres. Je ne trouve pas qu’un nouveau-né puisse être mignon et je n’étais pas de ceux qui conversent sur le sujet. Mais avec l’âge peut-être et surtout avec son propre gamin, les choses changent. Heureusement je suis encore loin d’être gaga des bébés en général même si je suis plus ouvert. Mais ma fille c’est autre chose, forcément. Cependant pas de panique, il n’est pas prévu que cela devienne un sujet récurrent sur le blog, bien au contraire 😉

Courbe de progression en photo

Question photo, je suis arrivé à un stade où j’ai parfois eu la grosse impression de stagner, ce qui est une phase de progression tout à fait normale à n’importe quel apprentissage (comme le japonais par exemple). En fait c’est surtout dans la façon de traiter mes images que j’ai parfois eu un manque d’inspiration. Mais avoir en parti changé de logiciel m’a finalement apporté un second souffle.

Comme le traitement ne fait pas tout, bien au contraire, je continue bien sûr à pratiquer quasi quotidiennement. Sur le terrain ou la tête « dans les bouquins », je cherche toujours à m’améliorer dans le but de pouvoir proposer des images toujours plus jolies. La photo est vraiment devenue maintenant mon principal centre d’intérêt alors que je viens de la vidéo d’une part, et que le monde des images n’était pas du tout le mien il y a de ça encore quelques années. Vous pouvez voir comment j’y suis venu en lisant cet article.

J’essaie aussi de toucher à d’autre styles comme la photo de rue, le noir&blanc, l’architecture ou encore la macro-photographie pour élargir mes horizons, proposer un contenu varié et peut-être trouver un domaine qui me passionnera encore plus en vue de me spécialiser. Car pour exceller en photographie, il faut souvent faire le choix de se cantonner à un seul style. Les plus grands portraitistes ne font que du portrait et rarement autre chose. D’ailleurs en parlant de ça, j’avais déjà évoqué l’an dernier que c’était un domaine qui m’intéressait beaucoup en espérant franchir le pas en 2015. Bon, comme je n’ai pas vraiment eu le temps, je réitère ce souhait en 2016… J’ai plein d’idées, il faut juste les concrétiser, plus facile à dire qu’à faire !

Aussi, j’ai sauté le pas et rejoins la famille Fujifilm avec le X-T10, un petit hybride (sans miroir et avec objectifs interchangeables) qui à tout d’un grand ou presque. Il est léger, peu encombrant, la qualité d’image est excellente avec une très bonne gestion du bruit et un superbe piqué (impression de netteté) et son look rétro ne passe pas inaperçu. En plus de ça, sa gamme d’objectifs est vraiment cohérente et va à l’essentiel. Quelques zooms (normaux et pros) et beaucoup de focales fixes avec une grande ouverture, le tout avec une qualité optique indéniable et un encombrement/poids/prix maitrisé. Chapeau !

Enfin, mon coup de cœur de l’année, c’est l’objectif Samyang 8mm f2.8 Fisheye que j’ai monté sur le X-T10 justement. Longtemps réticent aux déformations caractéristiques de ce type de lentille, j’ai finalement cédé car avec ses 180° de champ de vision, il offre un grand angle extrême ainsi que des possibilités créatives impossibles autrement. Tout simplement, je m’éclate avec.

Pas de retour en France

A la base, j’étais plutôt partant pour rentrer en France même si acheter son billet à bon prix est toujours une galère et coûte un bras quoi qu’il arrive. D’autant plus qu’en plus de vouloir revoir mes amis et ma famille, j’avais très envie de présenter la petite à cette dernière. Mais voyager avec un bébé de quelques mois est une aventure peut-être prématurée selon ma femme, même si c’est clairement techniquement faisable. Mais allez savoir comment la gamine se comportera en avion, dormira t’elle ou pleurera t’elle durant tout le vol ?

De mon côté, je devais rentrer seul avant la naissance pour m’occuper de revendre pas mal d’affaires restées en France (vu que mon avenir s’inscrit pour un moment au Japon), principalement ma collection de jeux vidéo rétro et récents. Mais ne voulant pas laisser ma femme seule durant les derniers mois, j’ai repoussé ce séjour à l’année suivante. Et 2016 nous y sommes justement, et cette fois ci c’est décidé, je rentre un mois (janvier-février) revendre tout ce bazar 🙂

Enfin une saison pleine en momiji

Depuis que je suis au Japon, je ne peux que pas dire que j’ai pu profiter à fond de l’une des saisons de sakura ou de momiji. Arrivé trop tard pour les sakura 2013, en France en 2014, mauvais temps et naissance de la petite en 2015, j’ai bien réussi à avoir quelques belles photos mais je n’ai pas vraiment eu beaucoup d’occasions de m’y consacrer. Côté momiji, c’est la même musique bien que les raisons soient différentes. En 2013, les cours de japonais me prenaient une demi-journée et je n’avais plus trop la motivation à faire autre chose après… L’année suivante, j’avais du temps et l’envie mais je devais préparer mon examen du JLPT N2, donc je me retenais de sortir. Au final, je n’ai pas trouvé la motivation d’étudier et j’ai raté le test tout comme les momiji… Du grand gâchis !

Mais en 2015, j’ai enfin eu l’impression d’avoir vraiment profité pleinement d’une saison (les momiji si vous suivez bien). Même si l’automne était plus doux que d’ordinaire et que les couleurs se sont clairement fait attendre, j’étais souvent dehors pour chasser de la feuille rouge. Que ce soit à titre personnel ou durant les Kyoto Safaris, je me suis rendu dans pas mal d’endroits de Kyoto pour immortaliser ces jolies scènes automnales. Si la saison a été tardive et globalement décevante, ma visite au temple Eikan-do a été le point culminant et m’a permis de me dire que j’avais enfin eu ce que je voulais cette année (« après avoir vu ça, je crois qu’on peut mourir tranquille, enfin le plus tard possible » un truc du genre). Des érables d’un rouge flamboyant partout, un étang, des petits jardins, une belle vue sur la ville, non vraiment, c’était pas loin d’être parfait. Après ça, j’ai continué à visiter d’autres sites mais ils n’étaient clairement pas à la hauteur, du moins pas cette année.

Rencontres diverses

Comme l’an passé, j’ai pu faire quelques rencontres avec certains acteurs de la communauté française au Japon. Photographes, blogueurs, youtubeurs, vous en connaissez surement certains, d’autres peut-être pas alors c’est l’occasion de vous les présenter :

David, véritable pionner du web français en ce qui concerne le Japon, photographe de métier, il tient le blog LeJapon.fr qui reste une source d’inspiration pour de nombreux autres sites. Touche-à-tout, il est également auteur de plusieurs livres sur le pays du soleil levant et le créateur des Tokyo Safari, rien que ça !

Yann, qui se fait plutôt discret sur les réseaux sociaux s’occupe des Hiroshima Safari puisqu’il connait la ville comme sa poche, ainsi que l’île sacrée de Miyajima non loin de là. Il tient aussi le très joli blog Loeildutako auquel il ne manque que du contenu car la qualité des photos est au rendez-vous ! Si seulement l’ami pouvait être plus productif dessus, c’est ce que tout le monde lui dit !

Ronan, fait lui aussi partie de la bande aux safaris puisqu’il est second sur les Tokyo Safari. Il a tout récemment lancé son blog tout sobrement intitulé TanuKitsuNeko, et que je vous invite à découvrir.

Vincent, qui officie également sur les Tokyo Safari, plus que sur la toile.

Guillaume, que vous connaissez surement sous le nom d’Ichiban Japan est un gars « rempli de love » qu’il répand au travers de son documentaire du même nom et qui, en plus d’en être déjà à sa 3ème saison, ne cesse de gagner en qualité au fil des épisodes. A consommer comme des takoyaki, à savoir sans modération.

Ludovic, alias Le Coq et le Cerisier, une plume et une histoire très personnelle qui ne vous laisseront pas indifférent.

Aala, auteur du blog Un Gaijin au Japon devenu en quelques années une référence sur la sphère Japon grâce à ses articles variés sur les endroits à visiter, les livres à ne pas rater ou bien encore divers aspects de la culture nipponne. Il va bientôt se lancer dans un tour du Japon à pied. Bonne chance à lui !

Charles, l’acolyte du dernier cité et qui fait de courtes vidéos déjantées et humoristiques sur sa chaine 2minJapan (je vous laisse deviner la durée) avec comme thème le Japon (ah vraiment ? Merci captain obvious).

Fran du duo Fran et Laura – Vlogs au Japon qui selon la légende urbaine n’existerait en fait pas ! Mais comme je l’ai vu de mes propres yeux, cette jeune demoiselle est bien réelle, bien que pas présente sur les réseaux sociaux. C’est Laura qui s’en charge ! (J’ai tout de même une théorie selon laquelle elle serait une voyageuse du temps et qu’elle pourrait disparaître si le continuum espace-temps venait à être perturbé…)

Émilie, qui tient le blog Nippon de Emi.

– Daniel qui travaille pour l’agence Vivre le Japon.

Voila ! Encore beaucoup de choses en 2015 pour moi ! J’ai encore une armoire à idées remplie mais comme le temps va probablement me manquer, peu verront malheureusement le jour. Malgré cela, je suis reboosté en ce début d’année et mes objectifs principaux pour 2016 sont de remettre le nez dans la vidéo, faire du portrait photo et bien sûr alimenter le blog de façon plus régulière. A bientôt !

Je vous souhaite à tous une très belle année 2016 !

明けましておめでとうございます

 

Tags

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *