Une grosse journée de méga-poisse

Il y a des jours comme ça où rien ne va, où tout tourne de travers. Jouer de malchance est une chose, mais quand elle s’accumule tout au long de la journée, c’est à se demander si le sort n’est pas en train de s’acharner sur soi. Une telle méga-poisse est-elle possible ? Et bien visiblement oui…

Une belle journée s’annonçait…

Mon programme de la journée était (pour une fois) décidé à l’avance, et de ce fait, j’étais motivé à l’idée de me mettre en chemin de bon matin pour pouvoir tout voir dans les temps impartis (comprendre par là, avant que tout ne ferme). Avec deux sanctuaires et quelques musées à voir, Il valait mieux ne pas perdre de temps et j’avais hâte de sauter dans le train en direction de Kyoto. Il était censé faire beau toute la semaine donc tous les éléments semblaient réunis pour que la prospection se passe bien.

Avant de quitter mon appartement, on m’informe que la pluie s’est finalement invitée pour la journée. La saison des pluies n’est toujours pas terminée, ce qui rend les prévisions météo un peu plus hasardeuses. Bon, c’est pas si grave après tout, ça ne va pas m’empêcher de bouger ! Je décide de modifier mon programme en conséquence en annulant les deux sanctuaires pour me concentrer sur les musées (qui seront différents de ceux que je comptais visiter en premier lieu). Le problème, c’est que ce que je ne savais pas que la pluie arrivait accompagnée d’une bonne grosse dose de poisse…

J’arrive à Kyoto en fin de matinée (le temps de me décider) et je me met en route vers le Tin Toy & Doll Museum  sous une pluie fine et peu gênante. Une fois à l’adresse indiquée, je constate que le prix est supérieur à ce qui était inscrit dans mon bouquin… 500 yens au lieu de 300, c’est pas la mort, mais sur le moment ça m’a fait chier, par principe, et j’ai finalement passé mon chemin…

Je continue et trouve sans problèmes le Kanken Kanji Museum. Je demande à la jolie fille de l’accueil si je suis au bon endroit, qui me répondra par l’affirmative mais aussi que les lieux sont en rénovation pour une longue durée… ooooooookkk… T.T

Ce n’était pourtant que le début…

Un peu irrité, je poursuis mon chemin pour me trouver à manger et pouvoir réfléchir calmement à la suite de la journée. Je tombe sur deux temples en chemin, quelques petits trucs sympas mais rien de dingue non plus. Au restaurant, j’engloutis mon Chikin Nanban (de chez Machikadoya), et j’ai l’impression qu’après bien 6 mois d’absence à la carte, il y a moins de poulet qu’avant… Mais T.T ! Le temps me semble plutôt stable et un peu plus dégagé que le matin, alors je réfléchis à reprendre mon programme de base même si le timing me parait désormais un peu trop serré. Mais la pluie s’est en fait plus accentuée qu’autre chose… Soit ! J’ai mon parapluie donc je n’ai pas peur de mettre le nez dehors.

Quelques centaines de mètres plus tard, j’arrive devant le Shimadzu Foundation Memorial Hall… qui m’a l’air fermé… Un rapide coup d’œil à mon livre pour constater que c’est bel et bien le cas, on est mercredi et c’est leur jour de congé… Évidemment… T.T Boooooon ça commence à saouler là quand même ! On pourra dire que c’est ma faute, que j’aurai pu vérifier… Oui je l’avais fait… pour les autres…

Shooting improvisé

Bref ! Il me reste environ trois petites heures et il y a probablement moyen de placer encore deux voire trois musées avant l’heure de dernière entrée. En cours de route, la pluie s’est transformée en déluge et malgré mon parapluie, j’ai du rapidement me trouver un abri (une entrée de gare) pour ne pas finir trempé, ce qui commençait à être sérieusement le cas au niveau des chaussures. Me voilà à moitié bloqué entre les trombes d’eau et un train qui ne m’aurait pas emmené où je voulais. Comme la situation à laquelle je faisais face n’était pas dénuée d’esthétisme, je pris mon appareil pour faire quelques photos et vidéos en slow motion afin de retranscrire au mieux l’intensité de la pluie. Cette petite séance improvisée fut finalement l’un des rares motifs de satisfaction de la journée.

Après une heure environ, la pluie cessa et il était enfin possible pour moi de reprendre la direction du Lake Biwa Canal Museum. Et celui ci était, oh miracle, ouvert ! Et gratuit ! Oh yeeeeaaaah ! Bon, malheureusement, il n’était pas des plus intéressant, car en dehors de quelques maquettes et de vieilles photos sympas (en dessous le canal Okazaki en 1895 et 2015), rien à part les titres n’était traduit en anglais. Alors oui je parle japonais mais pas à ce niveau, et je n’ai pas envie de passer deux heures à traduire chaque encadré 😉 Mais retenons le positif, j’aurai enfin pu visiter quelque chose de la journée !

Je reprend la direction du centre-ville où se trouvait le Udon Museum, le dernier que j’avais en tête aujourd’hui et qui ne fermait pas à 17 heures. En chemin je croise un sanctuaire que je ne connaissais pas et qui bien sûr… était fermé alors que la plupart sont encore ouverts après cette heure. J’arrive ensuite dans les quartiers un peu chaud de Kyoto où je croiserai une fort jolie maiko que je n’importunerai pas (une belle photo de manquée malgré tout), et les traverse pour atteindre Gion où se trouve le musée. Et comme le karma a décidé de définitivement se foutre de ma gueule en me lançant des piques tout le jour durant, celui-ci était lui aussi… fermé… définitivement… Mais putaiiiiiin merde quoi >.< ! Comment c’est possible d’avoir autant de poisse en une seule journée ?!!! T.T Bordel de merde ! La goutte d’eau quoi (c’est pas ce qu’il a manqué aujourd’hui) !

Bien dégoûté, il n’y avait plus qu’une seule chose à faire quand le sort semble s’acharner comme ça, sauter dans un train et rentrer chez soi ! Quand ça veut pas, ça veut pas… Est-ce que j’aurai du laisser tomber plus tôt vu les évènements de la journée ? Non pas forcément, il y a toujours un petit peu d’espoir que les choses tournent enfin dans le bon sens, mais malheureusement pas ce jour là… Pour finir, je passe au supermarché pour faire le plein de céréales que je trouve très bonnes, et c’est la rupture de stock… Nooooooooooooonnnnnn ; ; Bon allez ok, c’en est trop, on se casse, finit les conneries, vivement demain !

Au final, de la bonne méga grosse poisse, en veux tu en voilà, et vraiment pas grande chose de positif à retenir de cette journée hormis la petite séance photo improvisée sous la pluie, quelques autres clichés sympas à droite à gauche, ainsi qu’une petite librairie à potentiel pour les safaris. En dehors de ça, c’était vraiment une journée catastrophique, à vite oublier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *