Kobe Luminarie : La lumière de la mémoire

Kobe Luminarie est un festival de lumières se tenant annuellement en Décembre. Il s’agit probablement de l’un des plus beaux et renommés du pays. Mais contrairement aux autres illuminations qui peuvent durer des mois, celui-ci n’a pas le même sens, et ne se tient que sur une durée limitée de 12 jours seulement.

Ce serait un euphémisme de dire que les japonais affectionnent énormément les illuminations de Noël. Elles fleurissent dans toutes les grandes villes du pays et sont devenues l’une des attractions principales du Japon en hiver, au même titre que les sakura au printemps et les momiji à l’automne. La ferveur est telle que l’on parle en millions de visiteurs tout de même. Elles rivalisent d’originalité et ce sont de véritables tableaux qui sont créés, pour le plus grand plaisir des enfants comme des adultes.

Une illumination pour la mémoire

Contrairement aux autres illuminations qui se tiennent dans tout le pays, Kobe Luminarie ne célèbre pas Noël, ni l’hiver, d’une manière plus large. Ce festival trouve son origine dans le terrible séisme qui avait dévasté la ville le 17 janvier 1995 à 5h46 du matin, qui est aussi appelé le grand tremblement de terre de Hanshin-Awaji (阪神・淡路大震災). D’une magnitude de 7.2 sur l’échelle de Richter, c’est 6437 décès, 43792 blessés et des dégâts matériels estimés à plus de 10000 Milliards de yens, soit 101 Milliard d’euros au taux de l’époque, qui lui sont imputé.

Kobe Luminarie commémore ce drame, dont se sera le 20ème anniversaire dans moins d’un mois maintenant, chaque année en décembre depuis 1995. Après le séisme, la population manquait de nourriture, d’eau et d’électricité à cause des importants dégâts qu’avait subit la ville (canalisations, câbles électriques, etc…). L’idée d’implanter des lumières dans le centre de Kobe pour leur redonner de l’espoir vit alors le jour d’après une idée commune d’un italien, Valerio Festi, et d’un habitant de la région, Hirokazu Imaoka. Ce festival ne devait se dérouler qu’une seule et unique fois, mais fort de son succès, il a été décidé qu’il se tiendrait désormais chaque année.
La facade de la place principale de Kobe Luminarie, avec ses ampoules omniprésentes, et sa foule de visiteurs

 

 Un énorme succès …

Comme je l’ai dit en introduction, Kobe Luminarie ne se tient que sur 12 jours seulement. Et comme c’est un des spectacles du genre parmi les plus impressionnants qui soit, les gens se pressent pour y aller. Les japonais sont coutumiers du fait, c’est le moins que l’on puisse dire ! En 1995, ce ne sont pas moins de 2,542,678 personnes qui sont venus admirer ces illuminations. L’année suivante, et ce sont cette fois 3,855,665 visiteurs qui auront fait le déplacement. Entre 1997 et 2004, le festival connaitra ses plus hautes affluences avec des chiffres toujours compris entre 4,5 et 5,5 Millions de personnes, avec un pic à 5,383,000 individus cette dernière année. Rendez-vous compte, comme Kobe Luminarie ne se déroule que sur 12 jours et entre 3 et 5 heures par soirée, cela fait donc entre 60.000 et 110.000 visiteurs par heure selon les années ! Aujourd’hui, l’affluence a baissée, mais reste au dessus de la barre des 3 Millions.

Cette année, le thème du festival était « Kobe, citta dei Sogni e della Luce » en italien, soit « Kobe, cité des Rêves et des Lumières« , ou bien encore « 神戸、夢と光 » en japonais. L’an dernier, c’était « Memoria della Luce » , soit « La Lumière de la Mémoire » ou « 光 の記憶 », d’où le titre de l’article. En 2014, les illuminations semblaient être les mêmes qu’en 2013 (voire en 2012), mais bien différentes qu’en 2011 et des précédentes années.

Malgré le monde, j’ai trouvé que c’était plutôt gérable. Il faut tout de même compter 30min-1heure pour arriver devant les premières illuminations, car depuis la gare de Motomachi (元町) où il faut descendre, le chemin à emprunter est balisé pour contenir la foule. On se retrouve finalement à faire un grand détour imposé avant de pouvoir profiter du spectacle. Dans la grande rue principale, le flot de gens et l’extase de la découverte fait qu’il est difficile de s’y arrêter pour prendre des photos, à moins de s’excentrer. En revanche, une fois devant, et dans la place principale (avec ces tableaux à 360 degrés), il était assez aisé de faire ses clichés tranquillement ou presque.

Bien qu’aucune indication n’informe sur l’interdiction de trépieds, je n’ai vu personne en utiliser. Il serait difficile de le mettre en place de toute façon et surtout très gênant pour les autres. Prévoyez donc une optique lumineuse (à grande ouverture donc), si vous avez un appareil à objectifs interchangeables, pour réussir vos photos.

… mais un festival en sursis (?)

Kobe Luminarie est un festival qui coûte beaucoup d’argent, une dizaine de millions d’euros je pense. Ce n’est qu’une supposition par rapport à certains chiffres (plus bas), mais le simple fait de voir le nombre de tableaux installés, leur complexité et le nombre d’ampoules utilisées (oui oui, pas de LED !), figurent d’un coût d’organisation pour le moins élevé. Le problème ? C’est que ce festival est totalement gratuit ! Malgré la foule, il ne rapporte pas directement d’argent à la ville.

Avec l’augmentation de l’affluence depuis la création de l’évènement jusqu’en 2004, les coûts (organisations, sécurité, etc…) ont également augmentés. Mais en 2005, la ville a cessée de percevoir les subventions destinées à la reconstruction de la région. Malgré le sponsoring de grandes compagnies (comme la JR West, la Hankyu, la Hanshin ou encore Nestlé) qui rapporte environ 6 millions d’euros, les fonds ont commencés à manquer et le festival est alors entré en déficit. Il a alors été décidé en 2007 que Kobe Luminarie ne se tiendrait plus que sur 12 jours (au lieu de 14) et quelques heures par soir.

Pour tenter d’y remédier, la municipalité en est donc venu aux dons pour récolter des fonds et ainsi faire perdurer le spectacle. Des bénévoles sont postés à certains endroits et font appel à la générosité des visiteurs durant l’évènement. Sur les millions de personnes qui viennent, on imagine bien que les sommes varient, et que tout le monde ne met pas la main à la poche. Environ 1,3 millions d’euros sont ainsi rassemblés, mais il semblerait que le financement soit assez difficile. Et pour cause, chaque année, les organisateurs crient que l’argent manque et que celle-ci pourrait être la dernière. Est-ce une manière d’attirer plus de monde (en déclin depuis 10 ans) pour faire face aux coûts pharaoniques de ce festival ?

Faut-il que la municipalité mette en place une entrée payante sur ce spectacle qui, je le rappelle, commémore le drame qui a frappé la région il y a 20 ans et qui a toujours été gratuit, et ce, au risque de perdre des visiteurs ? Si la collecte manque, que les investisseurs manquent eux aussi, et que la ville veuille stopper l’hémorragie (en supposant que ce soit réellement le cas), alors oui, Kobe Luminarie est probablement bel et bien en sursis à court ou à moyen terme…

Quoi qu’il en soit, Kobe Luminarie est pour le moment bien là et l’édition 2015 devrait bien avoir lieu. Il fait partie des évènements incontournables du Japon en cette période de l’année et si vous êtes dans le pays à cette période, n’hésitez pas à y aller, et à soutenir ce festival ! C’est vraiment magnifique, et ce serait dommage qu’il vienne à disparaitre, et qu’en plus, vous soyez passé à côté !

Pour finir, n’hésitez pas à commenter, et si le cœur vous en dit, vous pouvez bien sûr partager cet article sur les différents réseaux sociaux avec les boutons situés en dessous de la vidéo ! Rejoignez aussi Suteki sur les pages Facebook et Google+ , ainsi que sur Twitter, ça ne prend que deux secondes et cela me montre vous aimez ce que je fais avec ce site, et me pousse à continuer !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *